Abstractions colorées / Coloured abstractions

Souvent on me demande combien de temps je mets pour faire un tableau. Voyons voir… Il y a le temps d’exécution, évidemment, mais pas seulement. Il y a en effet également le temps de l’inspiration et de la recherche, le temps des essais, le temps des erreurs et des mises au point, le temps des hésitations, le temps des moments de grâce, et le temps de l’organisation pour montrer mon travail. Bref il y a beaucoup plus que la simple exécution d’une peinture. Et là je suis dans le temps des essais, des envies sans arrières pensées. Alors je pars dans toutes les directions comme une noyée se débattant dans l’eau, et voici deux peintures abstraites, écumes de mes débattements :

Abstract A – Acrylique sur toile – 80×100 cm
Abstract B – Acrylique sur toile – 60×60 cm

I am often asked about how long it takes me to make a painting. Let’s see… there’s obviously the time for execution, but not only: there’s also time for inspiration and searches, time for trials, time for mistakes and clarifications, time for hesitations, time for graceful moments, time for showing my work. In other words an artwork is much more than a mere execution of a work. And now I am in time of trials, of wishes with no ulterior motive. So I take in all possible paths, like a drowning victim struggling in water, and here are two abstract painting, like foam as consequence of my displacements.

Déambulations créatives / Creative wanders

Déambuler, avoir du vague à l’âme, traîner, hésiter, changer de direction, ou simplement bifurquer, revenir sur ses pas… bref tester, tenter, se tromper, commencer autre chose avant d’avoir fini ce qui est en cours. Une impression de léthargie s’empare de l’âme : où est le chemin que nous avons perdu de vue ?

Ces périodes d’hésitations voir de de revirements, sont inconfortables. Elles semblent interminables et ne mener à rien.  Et pourtant… L’inconscient travaille et des choses se mettent en place en filigrane de notre existence.

Je vis ce type de période, du coup j’accumule des photos, des toiles non terminées, des dessins très divers dans mon atelier. Ces moments sont importants, transparents dans une démarche de création (beaucoup d’éléments resteront cachés) mais sources de fertilité.

Voici par exemple un échantillon d’accumulation sur les nuages dont les effets de lumière me fascinent.

Quelques photos d’observation :

Etude :

nuages

Nuages

Peinture non achevée :

GaidG - Nuages amoureux - 70x100 cm

Nuages amoureux – Acrylique sur toile – 70×100 cm

Wandering, having feelings of melancholy, dwadling, hesitating, changing direction, turningback… in other words testing, attempt, being mistaken,  starting something new before having completed the ongoing work. A lethargy feeling takes hold of the heart : where is the way lost from eyes?

Those periods of unertainty and reversals are uncomfortable. They seem like never-ending, leading nowhere. However… Unconscious works and things are getting into place between the lines of our existence.

I go through that type of period, and accumulate as a consequence many various photos, unfinished paintings, drawings in my studio. Those moments are important, impercetible in a creative process (most elements will remain hidden), but  nevertheless source de fertility.

Here for example are a sample of accumulation about clouds whose effects of light fascinate me.

Mouvement / Move

Mouvement - acrylique sur toile - 92x73 cm

Si les Humains sont les maîtres de l’espace, les arbres sont les maîtres du temps – leur fusion mène à un résultat dansant dans le vent tout en tranquillité… les branches chahutées, les pieds ancrés dans le sol, un équilibre précaire indispensable au mouvement :autant d’ingrédients indispensables à une belle vie !


If Humans are masters of space, trees are masters of time – their fusion leads to a result quietly dancing in the wind… branches disrupted, feet anchored into the ground, a precaious balance vital to movement : all the ingredients vital to a nice life !

Témoin / Witness

Anthropomorphisme - 30x30 cm

Anthropomorphisme – Acrylique sur toile – 30×30 cm

Si j’étais une molécule d’eau, je pourrais vous raconter comment j’ai fait partie, durant ces dernières centaines de millions d’années, de nombre de corps vivants dans lesquelles j’étais indispensable, et comment j’ai voyagé au gré des vents, formant avec mes congénères des nuages, des mers, et des glaciers.

Si j’étais un arbre, je pourrais vous raconter comment je m’étends avec mes branches et mes racines, jusqu’à parfois former des forêts entières, avec des branches adaptatives incroyables, ayant des ADN différents de mon tronc. Je ne pourrais pas bouger, cependant je serais pluri-centenaire et aurais été témoin de tellement de choses…

Mais je ne suis qu’un être humain composé des milliards de molécules d’eau en transit permanent dans mon corps, qui finira en compost pour végétaux. Difficile de garder son arrogance quand on y songe, et pourtant nous les humains sommes tous ensorcelés : nous imaginons que nous pouvons maîtriser ce qui nous entoure, que nous sommes indépendants, que nous sommes spéciaux, que nous trouverons même selon certains la clé de la vie éternelle… alors que nous ne sommes qu’une partie d’un système qui nous dépasse complètement. Et si j’étais un arbre témoin de cela doté de réflexion, je crois que je serais sceptique sur la stratégie des humains !


If I were a water molecule, I could tell you how I managed to be part of numerous living bodies, during the last hundreds of millions years, in which I was essential, and how I travelled to the discretion of the wind, forming with my peers clouds, seas, and glaciers.

If I were a tree, I could tell you how I stretch myself with my branches and my roots, to the point of sometimes forming a whole forrest, with incredibly adaptative branches  having a DNA different from my trunk. I wouldn’t be able to move, however I would be several hundreds years old and would have witnessed to so many things…

But I’m only a human being combined of billions of water molecules in permanent transit in my body, body which will end up as compost for plants. Difficult to stay arrogant while thinking about it, nevertheless we human beings are cursed : we imagine that we can control what is around us, that we are independant, that we are special, that we will even find – according to some of us – the key to eternal life…  whereas we are only a part of a system that completely overwhelms us. And if I was a minded tree witnessing to this I guess I would be very at least very skeptical over the whole human strategy !

Patience

GaidG - Patience - 81x100 cm

Patience – acrylique et bois sur toile – 81×100 cm

GaidG - Patience - détail

Patience – détail

La Patience peut se définir par le fait d’attendre avec calme… je ne me reconnais pas dans le fait d’être calme !

Par contre je me reconnais complètement dans l’autre définition qui est la persévérance conjuguée à la constance.

Pour ce tableau, j’ai fait beaucoup de croquis, choisi l’un d’eux, fondu plusieurs couches de peinture entre elles, dessiné des branches, puis récolté des éléments végétaux, et enfin  fixé ces éléments sur la toile, patiemment, morceau par morceau.
Et cette toile s’inscrit dans une démarche que je travaille encore et encore depuis 4 ans, avec plein de nouvelles idées encore à venir…
Persévérance et constance sont les clés de ce travail.


Patience can be defined as the ability to wait with calm… I don’t see myself in the fact to be calm !

On the other hand I totally see myself in the other definition which is perseverance combined to steadfastness.

For this artwork, I made many sketches, chose one of them, melted many layers of painting, drew branches, then collected vegetal elements, and finally fixed those elements on canvas, patiently, piece by piece.
And this piece of work comes within the scope of a process that I’ve worked on again and again for 4 years, with many new ideas still to come…
Perseverance and steadfastness are the keys of this work.

Emergence

Emergence

Emergence – Acrylique et branches sur toile – 81×100-cm

Rouge comme le sang qui circule dans nos veines, et veines qui se transforment en branches… quelle frontière entre l’homme et l’arbre, entre vous et le reste du vivant ?


Red like blood moving in veins, and veins transforming themselves into branches…. What is the boundary between humanity and vegetal, between you and the rest of life?

Rouge / Red

Ambivalence, Acrylique et bois sur toile – 81×100 cm

Rouge comme : la passion, le désir, la féminité, et aussi le diable. Ces références sont purement culturelles, mais semblent néanmoins si présentes et intriquées dans nos inconscients que j’ai souhaité les questionner à travers le mythe de la tentation originelle.

Dans Ambivalence, j’ai voulu souligner le fait que la notion de tentation ne naît pas de la suggestion féminine, mais uniquement de la personne qui regarde et qui est tentée. Les femmes sont, dans l’inconscient collectif, associées à la tentation : regardez à quel point les tenues féminines sont toujours un enjeu. Ici nous sommes face à un arbre, ayant un regard à la fois expressif et ambivalent. Le choix revient donc au spectateur d’interpréter le tableau dans un sens ou dans l’autre : est-ce une invitation à la tentation ? Et si le spectateur imagine la responsabilité de la tentation revenant à l’arbre, devrions-nous alors condamner tous les pommiers ?


Red like: passion, desire, feminity, and also devil. These references are purely cultural, but seem nonetheless so obvious and interwined in our unconscious that I intended to question them through the original temptation myth.

In this painting « Ambivalence », I underlined the fact that the notion of temptation doesn’t arise from the feminine suggestion, but only from the person who watches and is tempted. Women are, in the collective conscious, associated with temptation: see how women’s wearings are always an important issue. Here the spectator is facing a tree with a both expressive and ambivalent look. The choice is down to the spectator to interprete the painting in a way or another: Is it an invitation to temptation? And if the spectator imagines that responsability of temptation lies in the tree, should all the apple trees be condemned?

 

Hésitations

Aujourd’hui, deux divas, des jumelles, si proches et pourtant si différentes.
Au départ, le même croquis de base.
Dans un premier temps, sur une première toile, la volonté d’accentuer l’impression d’ancrage et d’énergie venant de la terre.
Dans un second temps, sur une deuxième toile, une envie impérieuse de légèreté, de force tranquille et d’équilibre, de souplesse et de dentelle : c’est l’Arbre Diva III.
Enfin, en conclusion de mes cheminements, des modifications apportées à ma première toile, qui devient l’Arbre Diva IV.

Le chemin peut parfois s’avérer plein d’hésitations et de repentis, mais c’est ce qui le rend passionnant et toujours différent.

Arbre Diva III – Acrylique et encre sur toiles- 92x73cm
Arbre Diva IV – Acrylique et encre sur toiles- 92x73cm

Today, two divas, twins, so similar and yet so different.
To begin with, a sketch as a common basis.
First, on a first canvas, the will to enhance the feeling of anchor and energy coming from the earth.
Second, on a second canvas, a pressing urge of lightness, of quiet strength and balance, of flexibility and laces : This is Diva Tree III.
Finally, as a conclusion to my thought process, I modify the first canvas, which becomes Diva Tree IV.

The long way can sometimes turns out to be full of hesitations and changes of direction, but that is exactly what makes it enthralling and always different.