Biographie

Née en Bretagne en 1977, Gaïd a été formée aux arts plastiques à partir de l’âge de 6 ans selon la méthode Martenot.

Diplômée de Droit en France (Rennes, Montpellier) et en Angleterre (Nottingham), elle a eu l’occasion de travailler à l’international en tant que juriste propriété intellectuelle dans le domaine de la création en lien avec de nombreux designers et architectes.

Après plus de 10 ans de pratique du Droit, elle a décidé de se consacrer pour un temps à la peinture. Durant ce temps qui ne devait être qu’un interlude, de graves problèmes de santé lui ont réduit drastiquement ses capacités de concentration. La bonne nouvelle est que si elle a dû renoncer à plein d’activités, que ce soit sur le plan personnel ou professionnel, elle a pu continuer à peindre. La peinture l’a aidée à ne pas perdre pied. Durant ce long chemin de reconstruction, de deuil de « l’avant », sa peinture a de fait et de force beaucoup évolué. Ses capacités réduites l’ont obligé à peindre différemment, à ralentir, à prendre de la distance avec les peintures qu’elle créait. Ce chamboulement lui a imposé un nouveau rythme, dans lequel la patience remplace la performance. Les plages de temps pour peindre se sont raréfiées et écourtées, et sont devenues in fine plus précieuses, plus impérieuses.

Très rapidement dans sa pratique artistique le Végétal s’impose à elle : arbres, branches et lumière seront ses sujets de prédilection. Guidée par une volonté de mettre en exergue l’unité de la nature (dont l’humanité n’est qu’un élément parmi d’autres) et les nécessaires interactions et interdépendances entre l’Homme et le végétal, elle les met à l’honneur en les intriquant dans sa série Humanité Végétale. Son style est figuratif et souvent surréaliste. Elle peint alternativement ou concomitamment à l’acrylique, l’huile, et l’encre, et sa pratique l’amène de plus en plus à incorporer de vraies branches d’arbres directement dans ses toiles.

Sur la surface de la toile, la couleur s’étale, prolongeant ses ramures dans les formes soulignant les contrastes et la lumière. Crées par l’artiste dans le but de provoquer des émotions chez les spectateurs, les œuvres de Gaïd laissent toujours à ceux-ci la place nécessaire à la projection de leur propre histoire et de leurs propres ressentis.

Ses influences sont les peintres impressionnistes comme Monet, Toulouse-Lautrec et Degas, les peintres surréalistes tels que Dali et Magritte, et les peintres contemporains comme Geoffrey Johnson et Claire Basler.